La meilleure des préparations quand on s’apprête à partir pour l’étranger, et a fortiori les Etats-Unis, consiste à récolter le maximum d’informations sur les démarches à entamer. Les procédures américaines tendent d’ailleurs à se complexifier. Ces règles concernent notamment les documents à prévoir ou encore les bagages. Nous faisons le point.

Les procédures d’entrée sur le sol américain

  • Le passeport

Le passeport est obligatoire pour pouvoir mettre les pieds sur le sol américain. Précisons au demeurant que les ressortissants français et de la plupart d’autres pays européens bénéficient du « programme d’exemption de visa ». Le visa n’est donc pas requis à partir du moment où ces voyageurs présentent un passeport biométrique en cours de validité ou un passeport individuel à lecture optique (valide et émis avant le 26 octobre 2005). Dans le cas contraire, le voyageur doit se procurer un nouveau passeport ou un visa.

Précisons tout de même que pour les personnes détentrices d’un passeport à lecture optique délivré entre le 26 octobre 2005 et le 30 mars 2006, tout n’est pas perdu. Il est en effet possible de l’échanger gratuitement contre un passeport électronique, auprès de la préfecture de police.

Enfin, la validité du passeport durant le séjour fait partie des conditions sine qua non pour fouler le sol américain. Mais aucune règle n’exige que ledit document soit encore valide 6 mois après le retour des Etats-Unis.

  • L’Esta (Electronic System for Travel Authorization)

L’Esta USA est obligatoire, elle aussi. Il s’agit concrètement d’un formulaire à remplir en ligne. La demande doit être validée avant le départ. L’Esta concerne uniquement les ressortissants de pays ayant adhéré au « programme d’exemption de visa », en vigueur depuis début janvier 2009.

Dans la pratique, cette autorisation permet de séjourner aux Etats-Unis pour une durée de moins de 90 jours, et elle concerne les adultes comme les enfants. Elle pratique pour passer des vacances à New-York ou Las Vegas, suivre un stage linguistique, assister à une conférence, participer à une réunion d’affaires… En clair, l’autorisation Esta visa à faciliter les déplacements de courte durée sur le sol américain.

La validité du document est de deux ans, mais il peut expirer au même temps que le passeport. Le voyageur doit remplir le formulaire au plus tard 72 heures avant le départ. Mais il est recommandé d’y procéder plusieurs semaines à l’avance, pour une organisation optimale de son voyage.

  • Le visa

Le visa est requis pour tout séjour qui doit durer plus de 90 jours sur le territoire américain. Mais il existe différents types de visas. La procédure d’obtention du document n’est pas la même en fonction de l’activité du voyageur (stage, études, emploi…) ou sa position (journaliste, athlète…)

Dans tous les cas, il faut s’adresser à l’officier américain du consulat des Etats-Unis. Mais avant ce rendez-vous, on doit remplir le formulaire DS-160 et payer tous les frais y afférents. Le visa ainsi obtenu est valable pour 10 ans.

Si une personne entend améliorer son anglais, notamment en suivant des cours de moins de 18 heures par semaine, elle n’a pas besoin d’un visa étudiant. Par ailleurs, il est à noter qu’il n’existe pas de visa de groupe. De fait, les enfants de moins de 14 ans et les personnes de plus de 80 ans peuvent effectuer leur demande de visa, sans prendre rendez-vous auprès du consulat américain.

Les autres documents à fournir

Le dossier doit également inclure un billet d’avion ou un billet de croisière aller-retour. Ce document atteste de la date prévue pour la fin du séjour. Cette date du retour est importante, en particulier pour les touristes qui ne sont pas autorisés à rester sur le sol américain plus de 90 jours – ces voyageurs font notamment partie des personnes à qui s’adresse le système ESTA. Au-delà de ce délai de trois mois, le séjour ne saurait être prolongé, pas même en changeant de statut (en prenant un emploi ou en suivant des études universitaires par exemple).

Les autorités américaines exigent en outre que les voyageurs fournisseur une preuve de solvabilité. Ce document peut tout simplement être un chèque de voyage ou une carte de crédit, ou tout autre justificatif similaire.

Les précautions à prendre dans la préparation de la valise

Les bagages sont au cœur des préoccupations des autorités américaines, aussi les procédures les concernant sont particulièrement exigeantes. Nous vous proposons donc un récapitulatif des consignes qui concernent la majorité des compagnies aériennes.

  • Les bagages à main

La longueur maximale du sac est de 56 cm et la larguer ne peut dépasser 45 cm, la hauteur 25 cm. Le voyageur peut emporter des accessoires comme un ordinateur portable ou une tablette. Il peut également se munir d’un sac à main ou tout autre petit sac pour emporter des objets fragiles ou de valeur.

Tout objet potentiellement dangereux ou pouvant être utilisé comme arme doit être placé dans les bagages en soute.

Pour les produits liquides, les crèmes, les aérosols et les gels, le volume par article est plafonné à 100 ml. Ces articles sont à mettre dans un sac plastique carré (20 x 20 cm) et transparent. Cette consigne ne s’applique cependant pas aux produits achetés en « duty free » à l’aéroport.

Si le voyageur emporte des médicaments sous forme liquide, il doit se munir de sa prescription médicale.

A noter par ailleurs que si les aliments pour bébés sont autorisés dans les avions, il est possible que l’on demande aux parents de les goûter.

  • Les bagages en soute

La longueur maximale d’une valise en soute est de 157-158 cm, et son poids ne peut dépasser 23 kilos. La compagnie aérienne exigera des frais supplémentaires en cas de dépassement de taille ou de poids des bagages.

Chaque valise doit comporter des informations utiles comme le nom et l’adresse permanente et celle de la destination, sans oublier les coordonnées téléphoniques ou encore l’adresse mail.

Il est recommandé auprès de la compagnie sur la liste des objets interdits, comme les briquets, les bouteilles à gaz…

A noter par ailleurs que certains produits alimentaires sont interdits d’entrée sur le sol américain, comme les légumes, les fromages au lait cru ou les fruits. Le voyageur peut tout de même emporter un litre de vin ou d’alcool, à condition d’avoir 21 ans ou plus. Il peut aussi emporter deux kilos de tabac ou deux cents cigarettes, ou cinquante cigares.